« Mon île »

Anne CURRIE
Dans l’île qui me ressemble, de vastes plages s’étendent loin dans l’immensité. Plages de solitude, de rêverie, de méditation. L’île est d’un abord facile. Le pélerin est invité à la découvrir au rythme de la marche. Des chemins de traverse ponctuent cette terre, aléas de rencontres. Côté ouest, des chênes prospèrent. Plus loin, des plantes variées ensoleillent mon île. Elles sont les témoins vivants de marins revenus de terres lointaines. Çà et là, des platanes, des tilleuls donnent quiétude et ombrage à la place du village. L’île apparaît différente selon l’endroit choisi pour l’aborder. Austère, sauvage au nord, riante et fleurie au sud, rochers à l’est contre lesquels de rares tempêtes se déchaînent. Île gourmande, mûres et framboises foisonnent le long des chemins, arbres fruitiers disséminés en allant vers le sud. Climat tempéré, terre harmonieuse de collines, vallées, rivières, bois et montagnes ; évènements du relief, moments de vie. Les animaux sont partout. Ils vivent en liberté sous un ciel variable selon les humeurs et la saison. Il est difficile de repérer le centre de ce domaine, caché aux non initiés. N’y entre pas qui veut. Seuls quelques élus connaissent le chemin. Dans l’île, trois maisons particulières demeurent depuis toujours. La première, celle du cœur, réservée aux proches, est chaleureuse et accueillante. Meubles anciens et contemporains se côtoient avec bonheur. Des objets de bric et de broc rappellent les moments passés. Pas de fleurs aux fenêtres, mais des chats, encore des chats de toutes les couleurs. À côté, se trouve la maison de l’amitié. C’est un lieu de bonté, de compassion et de tolérance. Habitation spacieuse, confortable, aux nombreuses ouvertures offertes à tous. Un chaudron de soupe chaude attend sur le feu, une miche de pain, de l’eau fraîche dans la carafe, une fiole de vin sur la table, fruits et légumes du jardin : voilà de quoi bien accueillir les visiteurs amis. Enfin, la dernière demeure est pour l’esprit. Endroit dédié au beau, à l’harmonie et à la culture. Chaque pièce est consacrée à un art en particulier : musique, peinture, cinéma, livres. La barque de l’imprévu me ramène à la rive. Dans la brume, mon île disparaît. Seule, je sais, qu’elle demeure en moi.

Laisser un commentaire...