« Épitaphe »

Lylye DURAND
La nuit de son écrin l’empêche de voir La lumière du jour et le bleu du ciel Dans cette tombe repose celle qui adorait Les beautés de la vie Son chemin sur terre fut trop court Que vos larmes se transforment En goutte de cristal Et la vie deviendra passion et joie Demain à l’aube, à l’heure où blanchit la campagne Un vent léger balaiera les nuages Qui disparaîtront derrière les montagnes Chantez, dansez, laissez-vous vivre La vie vous tend les bras Prenez la main de l’enfant qui pleure à vos côtés

Laisser un commentaire...