Ateliers « Samedi d’écrire »

REPRISE !

des samedis d’écriture, de 10h30 à 17h30 à Maison Nature, 11 avenue de Limburg, Sainte-Foy-lès-Lyon avec ensemble, la pause déjeuner. Les inscriptions sont indépendantes les unes des autres. Vous pouvez choisir le ou les samedi(s) qui vous conviennent.

Prendre le temps d’écrire pendant une journée, sur un thème à chaque fois choisi par l’animateur.

Il sera question d’ouvrir les différents champs d’écriture, d’aborder certains aspects techniques de l’écriture tout en se référant aux divers genres littéraires, et en  lien éventuel avec d’autres formes d’art.

Thèmes  : « Au fil de nos pères », « De lignes en vignes », « Frontière(s)  »

 

28 avril 2018

Frontière(s)

Comment ouvrir les frontières, comment « pousser les bords du monde » ?

Nous chercherons cela, en nous aventurant dans le langage, en cheminant à la frontière des mots, entre les mots :

Explorer le blanc. Que la langue soit à la fois parole et silence.

Transformer la langue en « pâte-mot » à la manière de Georges Tarkos.

Tenter à la manière de Guillaume Apollinaire d’écrire en beauté, à l’aide des calligrammes

La littérature ne pourrait-elle conduire à une exploration réaliste et/ou poétique de la frontière et de l’entre-deux ?

Les murs, ou ce qui pouvaient être des murs, semblent toujours avoir existé dans l’histoire de l’Humanité.

Chacun de nous s’est sans doute et peu à peu bâti des murs, des portes interdites, des frontières, difficiles à franchir.

Oserez-vous l’aventure ?

 

13 janvier 2018 : « De lignes en vignes »

Et si nous nous retrouvions pour un samedi d’écrire Cuvée spéciale autour des vins d’un jeune viticulteur de l’AOC Coteaux du lyonnais, Jonathan Garnier pour mettre en bouche puis en mots les sensations éprouvées ? Celui-ci privilégie le bio. Il n’en fait pas une religion. Comme tout créateur, il bouscule quelques habitudes.

L’être familier qui habite la vigne – aurait-il quelque parenté avec celui de la littérature ?
Il s’agira de terres
Il s’agira d’hommes
Il s’agira d’histoires, de rencontres
Il s’agira de saveurs

Les poètes, les écrivains, les peintres, les artistes ne seraient-ils pas comme tout le monde ou presque ? Autour d’un verre, d’un pot, d’une bonne bouteille, dans des bars ou des cafés, ils refont le monde des heures durant.

14 octobre 2017 : « Au fil de nos pères »

La littérature regorge de figures paternelles. Comme chacun de nous, femmes et hommes écrivains ont d’abord été des enfants. Ils portent dans leurs écrits, un regard sur leur père, en gardent des souvenirs particuliers.

Papa affectueux, lointain, autoritaire, généreux, faible, absent, présent, célèbre, inconnu, simple, fantaisiste ou génial, papa imaginé, rêvé, de substitution, je vous propose d’explorer en écriture ce lien si fort qui unit (ou pas) un enfant à son père.

Entre réel et fiction, écrire des souvenirs oui mais comment ?