Carnet d’odeurs

CUEILLETTE EN LITTÉRATURE

« Cela sentait l’aube, la rivière et le fumier, le tout mêlé à un parfum de pain chaud venu on ne savait d’où. Une odeur composite que je hume parfois aujourd’hui encore, et qui me rappelle à chaque fois ce jour-là, le premier de mon premier départ en voyage. »                                                                                                                                                       Anne Cuneo in « Le maître de Garamond »

« Des remugles de tapis moisis se mêlaient à une odeur de graisse froide, incrustée dans les rideaux et dans les tissus qui couvraient les fauteuils.»                                                         Jean-Christophe Rufin in « Le collier rouge ».

« C’est dingue comme il peut y avoir des villes, et encore des villes. Des villes à l’intérieur des villes. Celles des chiens sont faites d’odeurs, les limites de leurs quartiers sont tracées par différents arômes de pisse et chaque effluve est comme un drap palpitant au vent, un énorme phylactère de la taille d’un pâté de maison qui dit : Fido était ici il y a encore vingt-quatre heures ou crie à tue-tête ICI VIENT DE PASSER UN JEUNE HUMAIN MÂLE AVEC DE LA VIANDE FUMÉE DANS SON SAC. »                                                      Johanna Sinisalo

« Une odeur étouffante nous saisit dès le seuil, une odeur que j’avais souvent rencontrée dans de vieilles maisons rongées par la pluie, où se trouvaient des lampes à kérosène, de grosses louches à eau et des draps non teints. Cela m’effrayait toujours et me mettait sur mes gardes. »
« La chaude odeur douce-amère des Noirs propres nous accueillit à notre arrivée – brillantine – “coeur d’amour” mêlée d’Asafoetida, de tabac à priser et à chiquer, d’eau de cologne d’Hoyt, de menthe poivrée et de talc au lilas. »
« J’aimais son odeur : il sentait le cuir, les chevaux, la graine de coton. »
Harper Lee

« Cette odeur de glycine, épaisse. »
Antoine Emaz

« On y respirait un parfum démodé, celui de trois veuves en train de prendre le thé. »
Raymond Chandler

« … l’humide hivernage dans les hôtels meublés de sous-préfecture, imprégnés d’une odeur de grog, de cave et de sarments refroidis… »
Claude Levi-Strauss

« … de vieilles odeurs aigres qui rabaissent encore un peu plus les déjà humiliés. »
Vincent Message

« Du sol frais s’élevait déjà cette bonne odeur de pierre brûlée et de calcaire friable qui annonce, chez nous, la présence des collines. »
« … cet air unique dans l’année, vierge, si frais, du matin des Rameaux, qui sent, autour de nos villages, l’eau nouvelle, la moelle de l’arbre et l’odeur de l’argile. »
Henri Bosco

« Les nuages entraient sans façon dans l’église et traversaient la nef en flocons gris et amples. Il fera beau, dit le Bedon en reniflant l’odeur des nuages. Ils sentent les serpolet. »
« Les nuages entraient. Ils avaient une odeur de coriandre et d’herbe des montagnes. »
Boris Vian

« Le taxi sentait le sommeil. Vieux vêtements roulés en boule dans un coin. Serviettes humides. Aisselles. Après tout, c’était là que vivait le chauffeur. c’était le seul endroit dont il disposait pour emmagasiner ses odeurs. »
Arhundati Roy

« … les bêtes enfermées dans les étables et cette odeur de la nuit arrêtée dans l’hiver. »
Marguerite Duras

« Chaque ville a ses odeurs. Paris sent l’essence, le goudron et le maquillage, le Berlin de ma jeunesse sentait l’essence, le cigare et le chien. Nex-York, lui, sent l’essence, la poussière et la soupe… »
Nina Berberova

« La vapeur de l’eau chaude sur sa peau nue exalte une odeur qu’elle hume entre ses bras rassemblés, odeur de sueur évaporée, de sperme, relents aliacés, acidulés, l’odeur du plaisir. »
Geneviève Dormann

« Difficile de savoir combien ils étaient tant le fourgon était plein, mais il les sentait à plein nez : l’âcre puanteur de ces aisselles non lavées depuis des jours, l’entêtante pestilence des pieds aux fétides relents de poisson, cette odeur de poussière et de fumée propre aux tignasses crasseuses des travailleurs migrants, et l’haleine nauséabonde qui soufflait par bourrasque chaque fois que l’un d’eux ouvrait le bec. »
Texte tire de « BAGUETTES CHINOISES » écrit pat XINRAN, et traduit du chinois par Prune Cornet.

« Elle m’attire vers son fauteuil, je me laisse tomber sur elle et respire le parfum d’olive douce de son haleine ensommeillée. »
Richard Ford

« …elle sentait la soupe du soir et les tartines du matin. »
Emmanuelle Pagano

« Avant ça sentait plus fort la pluie et la terre, la vigne, la boue et la sueur… le dedans et le dehors des choses, le monde, il ne sentait pas comme aujourd’hui….Je suis pas une nostalgique, non, mais tout ça, et les maisons de l’époque, donnait aux enfants ces odeurs perdues de petits corps dont j’ai badigeonné ce qui me reste de mémoire. »
Emmanuelle Pagano

« N’y a-t-il pas tout derrière cette fragrance écoeurante qu’elle dégage l’odeur âcre et douceâtre et répugnante d’un potiron ? »
Véronique Ovaldé

« On sent l’odeur obscure de vieux papier et de limace qui sort du puits. »
Véronique Ovaldé

« Je me disais que je n’avais jamais pensé à ça, à l’odeur des vêtements dans une penderie, à cette soudaine présence physique qu’ils vous imposent… »
Jean-Paul Goux

« Aux relents des fritures se mêlaient l’amère senteur de la marée, et, par instant, une merveilleuse odeur de cédrat, d’encens, de frangipane. »
Pierre Benoît

« … la cuisine avec ses seaux odorants, ses torchons aux relents compliqués et excitants… »
Bruno Schulz

« … les seins pointant drus sous le corsage comme des coings verts évoquant des odeurs de draps vierges dans les armoires paysannes. »
Jacques Lacarrière

« Des vies de famille affairées, bruyantes, pleines d’odeurs appétissantes… »
Imre Kertész

« … elle sentait la naphtaline. L’odeur du logement de Josefvaros. L’odeur anachronique de la monarchie. »
Imre Kertész

« C’était un soir d’été finissant, je m’en souviens, la rue était baignée d’odeurs trop mûres… »
Imre Kertész

Le nez fin

Prends un brin d’herbe et froisse-le
entre la pulpe de tes doigts
et tu sentiras parfois une odeur amère
et parfois celle du printemps
c’est peut-être de l’anis c’est peut-être de la menthe
c’est peut-être la plante
qui fait rêver à tous les parfums de l’Arabie
à la cannelle au gingembre à l’ilang-ilang
au poil de l’âne qui fait hihan hihan
à la roche rôtie à la pierre panée
à la route rouillée à la boue piétinée
à l’eau
à rien

Raymond Queneau ( Battre la campagne)

« L’air était chargé d’une légère odeur animale, ou bien, sinon précisément animale, du moins liée dans son esprit à la vie “indigène.” Il était incapable d’en définir la nature, mais il savait que cette odeur était déplacée ici, dans un tel appartement. »
Paul Bowles

« L’odeur parfois de l’allumette craquée quand il fait très froid et que l’on attend un train. »
Olivier Py

« des guirlandes de champignons… Il en pendait partout de grandes guirlandes qui achevaient de sécher et donnaient au logis un parfum de réglisse et de fumure »
Philippe Claudel

« … un bouquet de fleurs des champs, fragiles, émouvantes, qui remuaient au moindre souffle d’air en répandant alors des odeurs qui ressemblaient à des souvenirs de parfums. »
Philippe Claudel

« Devant les jardinets, dans l’air que rien ne remuait plus, les odeurs des seringas, des lilas et des glycines se couchaient en travers de la rue, distinctes. »
Julien Gracq

« J’arrivai dans un lieu très étroit et obscur, mais parfumé d’une odeur triste de violettes étouffées. »
Marcel Schwob

« Odeur aigre-douce de coussins râpés, de rideaux fanés. Même si tout est propre. Relents d’eau de cologne, de sirop pectoral.
Odeur de vieillesse. »
Annie Saumont

« … j’avais enfoui mon visage dans son mouchoir, pour respirer son parfum… Il me semblait que je sentais encore ce parfum maintenant, doux, entêtant, un peu piquant. »
J.M.G. Le Clezio

« Le tabac, bien sûr, mais l’after-shave également, et l’odeur particulière de la chemise juste repassée : une odeur un peu lourde de tissu chaud. »
Philippe Napoletano

« Cette odeur particulière du papier qui dort… »
Laurent Gaudé

« L’odeur qui montait de la sapine était comme du soleil et de la brume mêlés. »
Bernard Clavel

« Ou dans une maison déserte quelque armoire
Pleine de l’âcre odeur des temps, poudreuse et noire, »
Charles Baudelaire

« Mêlée à la brume humide du matin, l’odeur du feu emplissait la ville, une odeur heureuse de bois brûlé dans les forêts d’automne. »
André Malraux

« Un faible parfum venait des roseraies, enfoui sous l’odeur amère des buis et des platanes, comme porté par le gong étouffé du canon, de l’autre côté de la rivière. »
André Malraux

« Ce fleuve, c’était aussi une odeur, l’odeur du Rhône tellement particulière que l’on ne la retrouverait nulle part ailleurs. »
Gérard Chabenat

« J’aime respirer l’odeur des aiguilles de pin. Elles cassent comme du verre sous les pas et répandent une odeur brève, grillée. »
Jean-Paul Kauffmann

« La Seine… Une fraîcheur s’en exhalait. Frédéric l’aspira de toutes ses forces, savourant ce bon air de Paris qui semble contenir des effluves amoureux et des émanations intellectuelles. »
Gustave Flaubert

« Il sentait monter une odeur tiède et vive de son petit corps d’ouvrière ployé par les fatigues et les chagrins. »
Raymond Jean

« Il aimait l’odeur froide et forestière des pièces de bois qui sèchaient dans le faux plafond de la pièce. »
Michel Tournier

« Cette première pièce exhale une odeur sans nom dans la langue, et qu’il faudrait appeler l’odeur de pension. Elle sent le renfermé, le moisi, le rance ; elle donne froid, elle est humide au nez, elle pénètre les vêtements ; elle a le goût d’une salle où l’on a dîné, elle joue le service, l’office, l’hospice… »
Honoré de Balzac

« Je pète à l’arôme demandé. »
Louis Calaferte

« Son parfum traîne, assoupi sur le traversin. »
Louis Calaferte

« Chez le notaire, une odeur de maison sans repas, ou avec repas sans goût. »
Yves Navarre

« Dans chaque recoin, des odeurs inconnues racontaient des histoires que les visages des marins portaient écrites sur la peau. »
Alessandro Baricco

« … l’odeur obsédante de ses cheveux, odeur d’herbe, odeur de chair… »
JMG Le Clézio

« Une odeur de terre, capiteuse avec un arrière goût de noisette. »
Peter Mayle

« Il y avait dans l’air une senteur minérale, venue d’un temps de Genèse quand les volcans étaient en activité et que la lave refroidissait rapidement sous un vent impitoyable. »
Toni Morrison

« … quelque chose de rugueux, sentant l’étable… un vieux paysan… »
Nicolas Bouvier

« Ces papiers avaient l’odeur du hasard, ils sentaient le papier mouillé dans les ruisseaux. »
Marguerite Duras

« … l’odeur obsédante et douceâtre des pommes sures était si agressive qu’il eut un haut le coeur. »

 

« Les draps, les couvertures fleuraient la pomme pourrie comme un vieux pressoir. »
Julien Gracq